Karlsozy au pouvoir !

Sur Europe 1, à 6 heures moins cinq, Sophie avait été réveillée, dans ses écouteurs, par la voix de Nancy Sinatra : son Bang-bang était si triste, diaphane, comme un regret d’enfance. L’interprétation lointaine et criarde de Sheila était renvoyée dans l’enfer de la chanson. Loin du Vietnam !

Il y avait un mystère Sinatra, qui s’était peut-être transmis de père en fille : show-bizz, amours volages… La chanteuse ressemblait à une poupée de son, elle jouait un double rôle, roulait sur elle-même comme lorsque l’on dévale une pente en transformant son propre corps en cylindre fou.

Puis Sophie s’était levée, écoutant machinalement les informations à la radio. Ainsi, la grand-messe de Colombey-les-deux Eglises, le 11 octobre, avait permis au président de la République française d’invoquer les mânes du Général De Gaulle et à la Chancelière allemande de faire bonne figure dans l’image médiatique de la célèbre entente qui soudait les deux peuples.

Face à la crise, on envisageait maintenant de nationaliser pour partie les banques : 1945 était de retour (1984 avait été dépassé depuis longtemps), et la doctrine d’un philosophe de la lutte des classes, ayant vécu un temps à Paris, mort à Londres, était de retour. Franck Sinatra avait bien épousé (en quatrièmes noces) une certaine Barbara Marx.

Un nouveau mot d’ordre s’imposait maintenant : Karlsozy au pouvoir !

Le soir du 10 octobre, Sophie était sortie : il lui suffisait de prendre la rue de la Fidélité qui conduisait logiquement à la rue de Paradis. La réapparition de la prohibition à l’américaine menaçait (Roselyne Bachelot étudiait le dossier à haute teneur d’alcool), et il fallait faire le trottoir pour pouvoir en griller une : il est vrai que la rue Jarry se trouvait à deux pas.

caferouge_dh.1223790732.jpg
(Photo : cliquer pour agrandir.)

Dans ce bar, choisi parce que le nom lui plaisait, Sophie aurait aimé trouver un juke-box à l’ancienne : elle s’imaginait appuyant alors sur la touche B 52 pour se repasser en boucle ce merveilleux Bang-bang, qui la tuait littéralement.

Dominique Hasselmann

24 commentaires sur “Karlsozy au pouvoir !

  1. Heureusement que votre mémoire à vous fait  » bang bang « ! Karlsosy sait que l’homme a vite fait d’ oublier que l’histoire se répète.
    J’aime bien l’enchevêtrement des faits, des lieux, et des ans que vous « pratiquez ».
    Quand on voudra appuyer sur le bouton « stop », ne sera-t-il pas trop tard ?

    J’aime

  2.  » Mardi 8 mai [2007], Bandol

    Nos héros font l’histoire ? Ils se contentent d’écrire leur légende en des termes empruntés, loin de l’essentiel : création d’emplois, de logements sociaux, préservation de la nature. Que se mêlent en une seule gloire le fromage, le béton, la blague ordurière, la France, la Nation, la chrétienté relève du rêve, on oublie le cauchemar des vies misérables, lesquelles ont de tous temps disparu dans le plein soleil « santé de l’économie »  »

    In « Fusées » n° 14, 2008, p. 138. Extrait de « Allègrement », Hubert Lucot, à paraître chez P.O.L.

    J’aime

  3. merveilleuse Nancy Sinatra

    bang bang, je m’en souviens, surtout de la version Sheila (Dalida aussi l’a chantée, mieux que Sheila mais infiniment moins bien que Nancy Sinatra)

    j’aime beaucoup ton texte…début d’une nouvelle, d’un roman, d’un feuilleton?

    J’aime

  4. « Bang-bang »… Quelle étoffe !
    Soie nostalgique et sensuelle
    qui nous change du bling-bling.

    Devinette :
    Quelle est la différence entre les boots de Nancy
    et les sabots de Bachelot ?

    J’aime

  5. Il faudrait tout mettre au présent.
    Jarry d’abord, qui par le centre circulaire de sa bidouille, indique quel est pour chacun le centre du monde, l’endroit d’où l’intérêt sourd. L’intérêt, ah! ce que nous avons de plus précieux! Cornegidouille! L’intérêt de l’argent je veux dire, celui qui compte sans arrêt.
    La seule chose qu’il ne compte pas, ce roi des cons (Longue vie!), ce sont les battements de mon coeur, ni même d’ailleurs les battements de son coeur. Eh quoi! ce n’est pas pourtant que ça qui compte? Que ça qui compte nom de Dieu?
    Allez! circulez, y a rien qu’à voir: dans le café rouge il y a trop d’yeux rouges, peut-être, pas au passé, non, au présent qui ne passe pas, parce qu’il est toujours là, ici, le présent du tu.

    J’aime

  6. Excuse-moi de m’apesantir, mais le problème du bang bang, c’est que le lendemain du 1929, c’est 1940-45.
    *
    Entre 1929 et 1940, c’est un peu partout dans le monde occidental l’enthousiasme terrifiant pour cet Hitler qui, par son génie et celui des financiers qui l’entouraient, sortit l’Allemagne de la Crise.
    *
    L’industrie de l’armement, les grands travaux, le progrès, voilà ce qui va nous faire sortir de la crise qui nous emporte une fois de plus vers le fond, si nous n’y faisons pas attention.
    *
    C’est par le bang bang que l’Allemagne est sortie de la crise en 1929, et par la nuit, et par le brouillard, nom de Dieu.
    *

    J’aime

  7. on s’y croirait… mais enfin, avec les rigolades financières et le message « solennel » de nano 1 demain, on n’a pas fini de rigoler… En même temps, voir que notre soudain gaulliste (mais toujours minuscule) président a renoncé à foutre dehors Marina Petrella, il y a là quelque chose qu’il faudra creuser… Et pour « the voice », je préfère, et de loin – mais ce n’est que mon goût – ce « that’s life » qu’il chante tout seul (en se prétendant poète : comme si le gros ou le premier d’entre eux se prétendait chanteur… au secours…!) mais bon, ici pour tous…
    http://www.deezer.com/#music/result/all/that%27s%20life
    amicalement Chasse Clou !

    J’aime

  8. à défaut d’acheter le CD « c’est écrit », écoutez sur fnac.fr un extrait du « bang bang » de sheila -version 2007- et vous changerez d’avis ! elle est sublime d’émotion et de tendresse

    J’aime

  9. – alexandre mardy : j’ai suivi sur votre conseil (j’en étais resté à mon souvenir de l’interprétation de Sheila), j’ai été entendre l’extrait, mais je me suis demandé s’il s’agissait d’une erreur dans la liste des titres choisis… car c’est horrible ! Ce sautillement sonore, c’est bien ça ? Je ne changerai pas d’avis !

    J’aime

  10. c’est une chanson de Sony Bono, je crois, et son ex l’a interprétée (Cher)
    La Cher est triste, hélas ! (et j’ai lu tous les livres)…

    J’aime

  11. Cher n’était pas si mal dans ce film avec Nicolas Cage je crois, non ? Eclair de lune, pas de quoi se relever la nuit non plus hein (Norman Jewison quand même)… mais Jérôme pour cette tristesse, parlez en plutôt à Catherine M….!

    J’aime

  12. Puisqu’il y a débat sur la chanson Bang Bang (qui effectivement est une chanson de Sony Bono et superbement interprétée par Cher en 1966) voici la dernière interprétation de Sheila (fin 2006) http://www.dailymotion.com/relevance/search/sheila%2Bbang%2Bbang/video/xkgfx_sheila-bangbang
    .. et une autre que je ne connaissais pas, de Elodie Frégé et Renan Luce : http://www.dailymotion.com/relevance/search/Bang%2Bbang/video/x22x1j_elodie-frege-renan-luce-bang-bang_music
    Il y a tant d’autres interprétations de cette sublime chanson : il a fallu attendre Kill Bill pour la réhabiliter.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.